Après avoir réalisé ses deux premières années à l'Université Paris 13 Villetaneuse, Mélanie a obtenu sa Licence de Psychologie à Université de Paris en 2019. Elle y a ensuite intégré le Master de Psychologie de l'éducation et du développement cognitif de l'enfant durant lequel elle a multiplié les expériences auprès d’enfants porteurs de troubles neurodéveloppementaux, et particulièrement de troubles des apprentissages, ce qui lui a permis d'obtenir le titre de Psychologue en 2021. Au cours de son master, Mélanie a également été assistante de recherche pour l'Axe Politiques éducatives du Laboratoire Interdisciplinaire d'Evaluation des Politiques Publiques (LIEPP) à Sciences Po, et pour la LaPsyDÉ LabSchool d'Université de Paris. L'ensemble de ces expériences démontre ainsi l'intérêt que Mélanie porte à la fois à la recherche scientifique, à la pratique clinique et à la conception pédagogique et ce, toujours en lien avec l’éducation et les apprentissages.

Mélanie a débuté son doctorat au LaPsyDÉ en septembre 2021 sous la direction de Grégoire Borst et en co-direction avec Carlo Barone, Professeur de Sociologie (OSC, LIEPP, Sciences Po). Son projet de thèse vise à étudier (1) les liens entre métacognition, réussite académique et inégalités socio-économiques chez le jeune élève d'âge préscolaire et scolaire ; et (2) les manières de promouvoir, auprès de ce public, la métacognition appliquée aux apprentissages scolaires. Durant sa première année de thèse, Mélanie est de nouveau assistante de recherche pour l'Axe Politiques éducatives du LIEPP. Elle fait partie de l'équipe de recherche pluridisciplinaire du Projet 123CP composée de psychologues, sociologues et économistes d’Université de Paris, Sciences Po et Paris Dauphine. Le projet consiste à mettre en œuvre et évaluer un dispositif d'accompagnement à la parentalité en essai randomisé-contrôlé visant à favoriser les compétences de 'self-regulated learning' (motivation, sentiment d'efficacité, capacités cognitives et métacognitives) auprès d’enfants de CP issus de milieux socio-économiques défavorisés.

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/2

Mélanie Maximino-Pinheiro

Doctorante

Université de Paris,
LIEPP, Sciences Po